Le Chomor d'Ys

Un forum sur les quatre éléments où tu pourras vivre ta vie, défendre ton clan, te hisser au sommet de la gloire...
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abigëal Maidyen
Pyro
avatar

Féminin Nombre de messages : 11
Age (RP) : 24
Clan : ¤ Rongée par un feu d'abîme... ¤
Célibataire (RP) ? : Aimer, c'est reconnaître que l'on est trop faible pour accepter la solitude. Pourquoi aimer, alors ?

Points
Pouvoir:
15/100  (15/100)
Force:
10/100  (10/100)
Agilité:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...   Sam 16 Fév - 1:06

La flammèche se consumait mollement, à l’extrémité de son doigt. Elle continuait de l’observer, et, du bout de sa main opposée, elle s’amusait à effleurer les contours flamboyants, à l’étouffer sous sa paume, pour la laisser se redresser sous la brise. Finalement, ce bout de chaleur était un peu comme elle. Toujours il se pliait, jamais il se s’éteignait...
Etrange, comme on pouvait trouver des métaphores, dans un tout petit morceau de nature.
D’un geste lent, Abigëal sortit la dague de son fourreau, et l’approcha de la flamme. Amusant, de savourer le mélange des couleurs, sang et feu, d’y imaginer mille apocalypses..
Là, dans cette effusion entremêlée d’or et d’orange, ne pouvait-on pas y rêver la vive cavalcade des Quatre Chevaliers ?

Que de métaphores, quand on s’ennuyait à pourrir.

D’un geste outrageusement lent, elle se redressa, et se mit en position assise, contre le rocher qui se trouvait derrière elle. Les jambes repliées en lotus, Abigëal étendit sa flamme, jusqu’à ce que celle-ci forme une sphère, qui enflamma ses jambes, sans lui causer la moindre sensation. C’était étrange, à la fois envoûtant et inquiétant, de voir son corps ainsi brûler...

Que de souvenirs, quand on attendait sans attendre.

Voir ainsi les flammes se répandre sur sa peau comme un serpent, ça rappelait à la jeune fille beaucoup d’images... Le combat, le meurtre, toutes ces choses qu’elle voulait oublier. Sans y parvenir. Les réminiscences revenaient toujours la hanter, et alimenter le brasier qui la rongeait. Elle aimait le feu, peut-être plus encore que sa dague...
La puissance du soleil dans la paume de sa main... !

Abi’ s’amusa encore un peu à faire tournoyer l’Apocalypse entre ses doigts arachnéens, puis, d’un mouvement sec du poignet, fit disparaître les lueurs incandescentes. Trop de feu, tue le feu. Il ne fallait pas se laisser abandonner à cette drogue, ou elle finirait par rester assise, à contempler pour l’éternité l’éternelle volupté du brasier... Non, il fallait se ressaisir.
Alors que Dame Lune reprenait sa place, la jeune fille se releva, et s’étira à la manière des félins. Elle avait passé sa journée allongée, à observer ce que son pouvoir lui permettait de faire... Avec la nuit, venait le travail, et le retour à la civilisation.
D’un pas souple et silencieux, Abigëal quitta son observatoire, la dague au poing, et redescendit dans la vallée.

**

La Nuit était déjà avancée, quand l’ombre se glissa entre les troncs amaigris et filiformes des arbres. Un Pyro était passé par là, on dirait...
Le Rocher Lunaire n’était plus très loin, il lui restait juste à parcourir les berges de l’étang qui se trouvait à côté, et à gravir le sentier abrupt qui y menait. Rien que ça...
Mais alors qu’Abigëal longeait les fines bandes de sable qui entouraient le plan d’eau, elle entendit des bruits de pas derrière elle. Se retourna. Personne. Evidemment, c’eut été trop simple. Méfiante, la jeune fille dégaina sa dague, dont les reflets nervurés de la lame étincelèrent un instant aux rayons de la Lune albâtre. Ses jumeaux de ténèbres parcoururent du regard l’étendue aqueuse. Elle ne vit rien.
Etrange...

Elle continua.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
hhh
Aqua
avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Age (RP) : 23

Points
Pouvoir:
10/100  (10/100)
Force:
10/100  (10/100)
Agilité:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...   Sam 16 Fév - 14:33

Infinie marche,
Sans aucun but,
Errance.
Une ombre. Non, deux.
Deux ombres ? Deux corps ? Ou bien deux ombres dans un corps ?
Serait-ce une ombre de trop dans un corps qui n'est pas le sien ?





Il marchait. Marchait, toujours marchait. Depuis des jours, il marchait, déjà. Suivant la rivière sombre et vidée de toute vie. Cette rivière qui, dans ses moments de fatigue, donnait l'impression au marcheur de n'être qu'une fleuve de sang. Depuis trop longtemps il marchait. Si fatigué...
Des points noirs picotaient devant les yeux violets sombres de Yaemgo. Ne pas se laisser aller à la fatigue... Ne pas être faible. Ne pas être faible. Sinon,
Il allait revenir. Il terrifait Yaemgo, bien que celui-ci eut une grande force morale. Il eut terrifié n'importe qui, mais le jeune homme le supportait depuis déjà trop longtemps.
Il,
c'était...

"Lindörm", chuchota une voix au fond de l'esprit de Yaemgo.

Yaemgo ferma les yeux, impuissant. "Tais-toi, tais-toi, tais-toi !" aurait-il eut envie de crier. Mais non seulement cela ne servirait à rien, mais de plus il était trop fatigué pour prononcer le moindre mot.
D'ailleurs, déjà ses pensées s'embrouillaient, passaient par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, miroitant dans son esprit embrumé, perçant à peine le brouillard...
Puis le noir.
Lentement, comme dans un rêve, le jeune homme tomba à terre, sur le bord du ruisseau. Profondément endormi. Quoique...

Un bras s'agita. Puis l'autre.
Il se leva, et ouvrit les yeux. Mais ce n'était plus le violet d'un coucher de soleil sous la pluie qu'on y voyait, mais simplement un noir profond, impénétrable.
Les yeux d'un Démon.
Lindörm frémit. Le petit était tellement fatigué que son corps l'avait entièrement abandonné. Sensation de liberté, si rare pour cet esprit installé dans un corps mortel...
Puis une autre sensation. Comme s'il était tiré de tout les côtés par des crochets tirant chaque parcelle de sa peau dans un sens différent. Comme si une lame de rasoir tranchait chacun de ses organes vitaux. Le Démon serra les dents.
Que se passait-il ? Yaemgo ne lui avait encore jamais résisté... C'était bien la première fois. La souffrance se faisait plus puissante, et, étrangement, à présent il ruisselait d'eau. Lançant un cri de rage dans la nuit silencieuse, il se laissa retomber au fond de l'esprit du jeune homme, impuissant.


Quand Yaemgo ouvrit un oeil, il eut tout d'baord l'impression de n'avoir dormi que quelques minutes. En effet, la nuit l'environnait et, fait étrange, les étoiles étaient presque éclipsées par la lune qui brillait plus fortement qu'à l'habitude. Cependant, il était frais et dispos, aussi il en conclut qu'il était resté inconscient un jour entier.

"Bon. La rivière est toujours là. Bonne nouvelle."

Ce n'était pas folie que de penser cela, venant de lui. En effet, il s'était souvent endormi au bord d'une rivière, et réveillé au même endroit, mais sans la rivière. Il n'avait pas cherché à comprendre, et avait mis cet évènement sur le compte du Démon.
Il se déshabilla, et plongea un pied dans la rivière. Il frémit. Elle était glaciale. Il se força tout de même à y entrer en entier. Et, nouveau fait étrange, elle semblait se réchauffer autour de lui, la rendant juste supportable. Qu'est-ce que...?
Il devait se trouver le long d'un courant chaud.
En sortant de l'eau, il se sentait mieux encore qu'avant. De son sac, il sortit des vêtements propres et légers, les seuls qu'il avait emporté. Il tira aussi un bout de pain et une gourde d'eau, et s'assit quelques secondes, observant la lune.

Quelques minutes plus tard, le jeune homme se leva, attrapa ses affaires et se remit en route. Quelques kilomètres plus tard, il s'arrêta net.
Non loin, se dressait un formidable et gigantesque rocher, qui semblait entièrement formé de pierres brillantes. Sous la lumière de la pleine lune, il éclatait d'une lumière froide et, étrangement, pas vraiment éblouissante.
Le Rocher Lunaire.
A présent, Yaemgo n'avait d'autre but que de s'y rendre.
Arrivé au pied du rocher, il grimpa un peu, et prit le temps d'observer le paysage.
La rivière qu'il avait suivie serpentait paresseusement, et, non loin du Rocher Lunaire, se jetait dans un lac, avant de repartir. Yaemgo s'apprêtait à reprendre son escalade, quand il entendit un léger bruissement. Sans vraiment y réfléchir, il se cacha dans une anfractuosité de la roche. Il y avait là une jeune fille... Ou du moins, quelque chose qui ressemblait à une jeune fille.
Une longue chevelure d'un noir de corbeau. De longs bras, finis par des mains arachnéennes. Un corps félin. Une tunique et un pantalon de toile noire, plus ou moins moulants.
Elle tourna la tête, et le jeune homme étouffa un cri.
Des yeux... Des yeux... Démoniaques. Des yeux noir, un iris rouge... Des yeux qui semblaient saigner. Yaemgo ser perdit dans la contemplation de ses yeux, mi-fasciné, mi-terrifié. Ces yeux lui rappelait ceux avec lesquels il voyait inconsciemment, bien trop souvent à son goût.
Il s'approcha silencieusement de... l'être, se demandant si elle avait conscience de sa présence discrète. Il se décida quand il n'était plus qu'à un ou deux mètres.

- Qu... Qu'est-ce que vous êtes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigëal Maidyen
Pyro
avatar

Féminin Nombre de messages : 11
Age (RP) : 24
Clan : ¤ Rongée par un feu d'abîme... ¤
Célibataire (RP) ? : Aimer, c'est reconnaître que l'on est trop faible pour accepter la solitude. Pourquoi aimer, alors ?

Points
Pouvoir:
15/100  (15/100)
Force:
10/100  (10/100)
Agilité:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...   Sam 16 Fév - 19:46

Elle leva les yeux.
Encore, et encore. Jusqu’à atteindre du regard le dernier rocher de ce pic, qui dardait sa matière vers la voûte, en un défi tacite avec la Dame. Il manquait juste une petite touche de flammes à tout ça.
Touche qu’elle allait apporter. Enfin, si elle arrivait à gravir la pente vertigineuse de l’a-pic.
Animée par une curiosité plus que grandissante à l’idée d’avoir le monde à ses pieds l’espace d’un instant, Abigëal se dirigea d’un pas lent et respectueux vers le rocher. Seulement, quelque chose n’allait pas.
Bien que très faible, la jeune fille avait la sensation d’être suivie. Pas forcément par un humain, ou tout être bipède que ce fut. Même un animal, un cormoran ou un lombric suffirait à réveiller sa paranoïa.
A nouveau, l’Ange déchue tourna la tête en arrière, vers le Lac. A première vue, rien n’agitait le plan calme et endormi. Pas même un reflet étrange et distendu, trop petit pour qu’elle s’en formalise. Puis, vers les bandes de sable. Cette fois, elle tournait complètement le dos au Rocher Lunaire. Pas un souffle de vent ne remuait l’air lourd et le climat hostile qui s’était installé. Abigëal tenait fermement sa dague, consciente à présent d’être largement observée. Restait à trouver qui.
Dans son dos... Non, c’était trop étouffé pour être un humain...
Elle tourna très rapidement la tête vers le Rocher, plissant les yeux. Crut voir un furtif éclat d’étoffe, se réprimanda à halluciner. Etrange, étrange...

Et la voix résonna, à à peine un mètre dans son dos, à nouveau. Se raidissant discrètement, la jeune fille ne tourna pas tout de suite la tête dans la direction de la question. Autant ne pas laisser soupçonner une quelconque raideur...
Ses doigts se crispèrent sur la manche en corne de sa lame, sur laquelle elle fixa un instant les yeux. Parcourut de l’esprit le chemin des nervures qui s’entrelaçaient finement, pour se rejoindre à son extrémité.
Et dans les reflets argentés que plaquait la Lune, elle put discrètement examiner derrière elle.
Humain. Mais c’était tout ce qu’elle pouvait observer. Pas grave.

Pendant une minute, elle n’osa plus bouger. Il lui semblait que l’inconnu se rapprochait encore un peu, avec délicatesse et prudence...
D’un geste leste et félin, Abigëal se retourna, alors qu’il était à présent à longueur de bras. Dague levée, en signe d’hostilité. De Peur ? Non. Elle était la peur...
Ses yeux se fichèrent dans ceux de son interlocuteur. Et s’y perdirent.
Un violet sombre, qui oscillait lentement entre mauve et noir. Deux iris profonds... Que cachait-il dans son âme ? Nul ne pouvait le savoir.
Une nuance entre la nuit et le coucher de soleil... Elle était fascinée. Jamais, dans sa courte vie, elle n’avait de prunelles d’une telle couleur... Jamais.
Et par-dessus, une ombre mélée de tristesse.
Envoûtant..
Tâchant de ne pas rester figée sur ces yeux d’arc-en-ciel, Abigëal manqua de lâcher sa dague. A peine plus âgé qu’elle, pourtant, il semblait être doté d’une force qu’on ne saurait soupçonner. Son regard resta pourtant de glace. Quelle ironie pour une fille du feu...
Sa chevelure se mariait parfaitement avec le teint de son regard. Et, il avait deux dagues à la ceinture. C’était ça le plus important, non ?
Ne pas regarder ses yeux... Ne pas y voir un voile opaque, le temps d’une milli-seconde.

Abigëal se demanda soudainement comment répondre à sa question. Il ne lui avait pas demandé qui elle était. Mais qu’est-ce qu’elle était.
Hostile, la jeune fille détourna le regard de l’inconnu, la dague tournant entre les doigts, et fixa le rocher Lunaire, pour retrouver tout son esprit calculateur. Elle savait que les flammes dévoraient le bout de ses doigts, la suppliant de s’embraser. Mais elle se retint. Non, il ne fallait pas dévoiler son pouvoir, c’était trop de danger.
Que faire ?
Restait à répondre à sa question...
D’une voix à peine plus audible qu’un murmure, sans chaleur ni rien, elle répondit :

-Qu’est-ce que je suis ? Et bien...

Attends, mince, faut trouver un truc à dire avant ! N’ayant pas la moindre idée de la réponse, Abigëal se tut à nouveau, passablement gênée, et se tendit à nouveau. Sa dague remonta à vitesse fulgurante au niveau de son visage. Tout geste pouvait être perçu comme un danger, il ne fallait pas baisser sa garde.

-Je suis Abigëal... Mais votre question est étrange, je ne comprends pas. Enfin... qu’est-ce que je suis... C’est un peu étrange... Vous pourriez m’expliquer ce que vous entendez par là ?


Et pas plus haut qu’un souffle de vent, à nouveau. L’inconnu était étrange...
Leur regard se croisa.
Le violet se mêla au noir et rouge carmin.

Et la Lune attendit la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
hhh
Aqua
avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Age (RP) : 23

Points
Pouvoir:
10/100  (10/100)
Force:
10/100  (10/100)
Agilité:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...   Sam 16 Fév - 21:59

Les minutes passaient. Il semblait à Yaemgo que chaque seconde tapotait contre la pierre illuminée de lune.
La jeune fille se retourna, et Yaemgo essaya de ne pas esquisser un mouvement de recul. Son geste était lent, mais il sentit que lors d'un combat, il aurait été imparable.
Dans sa main, une dague. Non, ce n'était pas une dague. C'était bien plus que cela. Un manche de corne, gravé de symboles cabbalistiques que Yaemgo ne pouvait pas bien voir de là où il était, mais nul doute que cela devait être plus ou moins effrayant. A l'image de la jeune fille, du moins. La lame d'acier était également gravée.
Elle le jaugea un bon moment, ce qui lui permit, par la même occasion, de la jauger. Elle avait une fine taille qui lui permettait sûrement d'avoir une agilité considérable lui permettant de se glisser n'importe où. On ne pouvait pas vraiment dire qu'elle était belle... Cela paraissait paradoxal. Elle dégageait plutôt une puissante aura d'attirance, elle était... envoûtante. Voilà, c'était le mot. Envoûtante.
Puis ce fut sur ses yeux que son regard s'arrêta, une fois encore. Des yeux de flammes, des yeux de sang, des yeux de nuits, des yeux de mort, des yeux de souffrance, des yeux de tristesse, des yeux de pouvoir, des yeux terrifiants, des yeux magnifiques, des yeux atroces, des yeux...
En revanche, pour les yeux de la jeune fille, aucun adjectif connu de Yaemgo ne semblait convenir. A chaque fois qu'il en choisissait un, son contraire le bousculait directement. C'était... pour le moins étrange.
En ce qui concernait son regard, en revanche, c'était beauocup plus simple. Glacial comme une banquise d'hiver... Ou plutôt non, brûlant comme le fond d'un volcan, ou bien...
Et voilà, ça recommençait."Les yeux sont les reflets de l'âme", disait une amie. Cependant il ne voyait aucune âme à travers ces yeux-là, ou bien... préférait ne pas voir ce qui se cachait derrière.


Un profond sentiment d'hostilité était marqué comme à l'encre de sang dans chacun de ses gestes, si infimes soient-ils. Même un simple battement de paupière prenait toute son importance, qui plus est avec des yeux pareils. Enfin, la jeune fille détourna son regard, ce qui fut, pour Yaemgo, à la fois un grand soulagement et une immense désolation. Ses yeux s'accrochèrent à ceux, infinis, du Rocher Lunaire, qui renvoyaient dans toutes les directions la moindre parcelle de lumière émanant de l'astre lunaire.
Qu'est-ce qui pouvait bien fourmiller en elle pour qu'elle soit aussi... aussi... ?
Yaemgo soupira intérieurement. Comme d'habitude, aucun adjectif ne convenait. Ni aucun adjectif péjoratif, ni aucun adjectif mélioratif. Et pourtant, ce n'était pas le vocabulaire qui manquait au jeune homme, sachant qu'il avait passé la moitié de son enfance au fond des bibliothèques du village elfique, engloutissant tout ce qui lui passait sous la main, des dictionnaires de langues étrangères, de langues mortes, de romans, de documents...
Mais rien n'étanchait sa soif de connaissance. Il était bien loin des connaissances des sages elfiques, mais tout de même, il aurait pu trouver au moins un mot pour la qualifier...
Et puis, il entendit sa voix. Ce n'était qu'un murmure et pourtant, elle était... elle était... elle était... métallique ? douce ? amère ? puissante ? tout ça à la fois ?
C'était tout de même rageant ! Voir en face de soi une personne pareille, et ne réussir à placer aucun adjectif, aucun mot !
Cette fois, elle semblait gênée, tendue. Comme si le fait de parler était plus dérangeant pour elle que le fait de tuer. Ce qui était compréhensible. Comme pour confirmer les pensées du jeune homme, elle se remit en garde, à une vitesse inhumaine.
Puis les mots s'échappèrent d'entre ses lèvres.
Abigëal. Ce n'était pas courant. Et même pas courant du tout. Il lui semblait avoir lu ce nom, quelque part, avant... Mais il n'en n'était pas certain.
Il décida que ce n'était pas la peine de cacher ce qu'il pensait. Tout d'abord car ç'aurait été inutile, elle... Abigëal l'aurait sûrement deviné. Et d'un autre côté, cela paraissait inconcevable de ne pas exprimer le fond de sa pensée face à une personne pareille. Il s'assit simplement sur un rocher brillant non loin, prêt à sortir ses deux dagues en cas d'attaque, et réfléchit rapidement, puis prit la parole. D'un ton qu'il voulait glacial, autant que ses yeux.

- Je ne sais pas vraiment... Peut-être parce que vous ne paraissez ni elfe, ni humaine. Vous ne ressemblez à rien de tout ce que j'ai vu jusqu'à présent, aussi j'ai pensé préférable de m'informer sur ce que vous êtes, avant de savoir qui vous êtes.


Immédiatement, il se sentit passablement stupide, mais tâcha de ne pas le montrer. Quel manque de tact... Mais après tout, il ne savait pas comment allait réagir... Abigëal, et se tenait prêt en cas d'attaque, physique ou psychique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigëal Maidyen
Pyro
avatar

Féminin Nombre de messages : 11
Age (RP) : 24
Clan : ¤ Rongée par un feu d'abîme... ¤
Célibataire (RP) ? : Aimer, c'est reconnaître que l'on est trop faible pour accepter la solitude. Pourquoi aimer, alors ?

Points
Pouvoir:
15/100  (15/100)
Force:
10/100  (10/100)
Agilité:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...   Mar 19 Fév - 22:02

Avant de lui répondre, le jeune homme en face d’elle s’assit sur un rocher, non loin. Plutôt calme et posé, mais on pouvait remarquer ses mains sur les fourreaux des dagues qui pendaient à ses hanches. Ni confiant, ni méfiant. C’était une attitude plutôt rare, chez les humains. Du peu qu’elle savait de cette race qu’elle avait cru sienne, Abigëal les voyait soit couards, soit téméraires, mais rarement elle en avait vu d’intelligents.
Ils n’étaient donc pas tous juste bons à se taper dessus. Marrant. Et inquiétant à la fois. Ce jeune homme atypique en face d’elle laissait présager qu’il y en avait d’autres de son type.
Ou alors...
Et s’il n’était pas humain, lui non plus ?

Alors que la jeune fille se posait cette question, son interlocuteur desserra les lèvres. Ainsi donc, il avait vu juste, et la pensait autre. Plutôt observateur, le gars. Mais, plus utile encore, il évoqua les humains, mais... aussi les elfes.
Serait-ce donc possible qu’il appartienne à cette race ennemie des Anges ? Pourtant, il ne semblait pas hostile, ou alors il le cachait très bien. Abigëal posa, le temps d’une seconde, les yeux sur cet inconnu, l’examina. Et déjà, ses yeux fixaient le Rocher Lunaire, perdus. Depuis le début, il lui avait semblé que son regard gênait le jeune elfe. Pour éviter tout malentendu, ou gêne, l’Ange déchue avait pris le parti de ne plus tourner les yeux vers lui.
Pour elle, pour lui ?
Peut-être un peu de deux...
Pendant un instant, la jeune fille se mit à contempler le pic, don but avant de croiser la route de l’inconnu. Ils devaient tous deux avoir dans la tête de l’escalader, d’atteindre son sommet, de toucher la Lune. Seulement, elle était méfiante. Et tout dans sa posture. La dague qu’elle tenait toujours à la main avait certes perdu quelques centimètres...
Mais elle n’était pas détendue.
Il y avait toujours quelque chose, qui éveillait sa paranoïa profonde. Son expérience des hommes, les souvenirs récurents de son... Maître ?
Elle ne savait pas. Mais un regard du jeune homme sur elle, un mouvement des arbres, un silence, tout lui paraissait dangereux. Peut-être le l’elfe plus que les autres, quand même.

Abigëal recula d’un pas, alors que le silence semblait avoir une nouvelle fois dressé un mur entre eux deux. Son regard enflammé ne quittait cependant pas les pierres lisses de la formation rocheuse. Que la Lune était capricieuse, de ne pas éclairer de ses rayons ce coin, et d’avoir choisi cette plante-là... Elle se perdit, suivant un nerf cristallisé dans le granit, qui serpentait, et s’enroulait, montant, montant, montant... jusqu’à s’arrêter à une faille ouverte par les volontés du Temps.
Un sourire, oscillant entre satisfait et sardonique, s’étendit sur les lèvres blafardes de la jeune Ange déchue. Voir ainsi le cours –même ridiculement trivial- des choses être ainsi brisé par un caprice du destin, était un spectacle qui la fascinait, et la contentait dans sa propre existence..
.. Sourire qui s’effaça aussitôt, quand son regard passa à nouveau sur le jeune homme, malgré sa promesse intérieure d’éviter de le fixer. Qu’on la voie ainsi, souriante, et détendue.. Grave erreur.
Paranoïa, quand tu nous tiens...

Les paroles de l’elfe lui revinrent en tête. Il fallait une réponse. Mais, avant, Abigëal essaya de se détendre, de prendre le dessus sur sa méfiance innée, et sur sa xénophobie profondément ancrée. Tout d’abord, puisque son interlocuteur n’avait pas manifesté de signes d’hostilité, elle baissa sa dague, et la rangea dans son fourreau, qui ceignait ses hanches. Pourtant, sa main gauche n’était pas loin, en cas de besoin. Puis, elle se calma, et se força à reporter le regard sur lui. Il semblait attendre calmement sa réponse, sans pour autant être totalement confiant.
Abigëal avança, ensuite, mais resta debout. Pas question de se mettre en danger, en réduisant ses possibilités d’attaque.
Déglutit.

Elle était quoi ?
Bonne question...
Ni Ange, ni démon. Ni humain, ni elfe. Elle était déchue. Elle était rien...
La jeune fille se mordit la lèvre, et détourna à nouveau le regard. Comment... avouer. Avouer qu’elle était bâtarde, plus rien...


-Et bien... J’ai...


Non. C’était bien trop, de révéler son échec. Elle avait un honneur, même si elle tuait, même si elle n’était pas droite. Et cet honneur lui commandait de rester dans le mensonge, ou tout du moins le mensonge par omission. Dans ce cas, elle savait parfaitement que cela ne marcherait pas, mais ça lui laisserait du temps pour tenter de trouver une réponse qui cacherait cette erreur.

-Et.. Et toi ?

Bien maigre tentative de gagner du temps.
Abigëal détourna encore les yeux, qui allèrent se fixer au loin, vers l’horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
hhh
Aqua
avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Age (RP) : 23

Points
Pouvoir:
10/100  (10/100)
Force:
10/100  (10/100)
Agilité:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...   Mar 19 Fév - 22:35

Les paroles que Yaemgo venait de prononcer semblèrent rendre la jeune fille encore plus perplexe. Etait-ce le fait qu'il lui demandait quelque chose d'aussi bizarre que ce qu'elle était ?
Etait-ce parce qu'il parlait des elfes ? A cause de son ton détaché, peut-être ?
Il est tant de questions en ce monde, de questions toutes bêtes, qui pourtant resteront à jamais sans réponse car on ne les a jamais posées, que ce soit au nom de la peur, la politesse, la timidité, la gentillesse... Tant de termes abstraits. Tant de mots derrière lesquels on pouvait mettre tout ce que l'on voulait, quand on le voulait. C'était si simple de se tromper, et de fuir par la même occasion la réalité.
La Fuite.
La Fuite, un des quatre grands piliers de l'humanité, aux yeux de Yaemgo. Fuir, c'était régler tout les problèmes sans vraiment les résoudre. Fuir, c'était la facilité, c'était l'abandon. Fuir, c'était une tactique inscrite dans les gènes de l'homme depuis sa création. Fuir, cela marchait presque toujours.
Fuite inconsciente, fuite pourtant voulue. Fuite innocente, fuite obligée, fuite d'espoir, fuite de dépit, fuite de tristesse.
Fuir.
"Le dernier espoir, c'est la Fuite."

Le jeune homme plissa les yeux. Et voilà... Il se retrouvait encore à penser à des trucs philosophiques pas possible, ça lui prenait l'esprit et il pouvait "s'absenter" ainsi pendant des heures, restant ainsi totalement hermétique au monde qui l'entourait.
Pourvu que la fille n'ait rien dit, il aurait eu l'air idiot.
Mais de toute évidence, elle semblait réfléchir aussi. C'était étrange, quand même, cette conversation. Une phrase, dix minutes de réflexion, une phrase, dix minutes de réflexion. C'était plus un dialogue, ça devenait un roman...
Durant ce silence à peine entrecoupé par le mugissement régulier du vent au loin, le jeune homme scruta le visage d'Abigëal, essayant de deviner ce à quoi elle pensait, mais il se heurta à un mur de conviction pure, et à un fin sourire énigmatique qu'elle afficha en observant la pierre brillante.

Quelques instant passèrent encore, lents, silencieux. Comme d'habitude. Puis, la jeune fille étrange sembla de nouveau en proie à une profonde réflexion, puis éluda finalement la question, comme si quelque chose bloquait ses paroles. Elle lui... retournait la question sans fournir de réponse.
La Fuite.
Comme quoi, les humains n'étaient pas les seuls concernés, cela se retrouvait partout dans le monde. Même chez les elfes, pourtant réputés comme de grands sages, la Fuite existait. Omniprésente, comme partout.
Bon. Eh bien, puisqu'elle ne voulait pas répondre, c'était à lui de le faire. Autant faire comme si elle avait répondu. Elle avait sûrement une bonne raison de l'avoir fait, après tout, et ce n'était pas à Yaemgo de la juger.

- Hmm... Moi, je suis un Humain, je crois. Enfin, je n'en suis pas certain. J'ai été élevé par des elfes, mais... j'ai fini par partir, il n'y a pas si longtemps. Je suppose que je ne tirerai aucun autre information de ta part ?

Le tutoiement était venu naturellement. Après tout, c'était deux jeunes personnes qui se parlait en cet instant...
Le ton était léger, mais pourtant on sentait encore une certaine méfiance poindre au fond de son ton qui s'efforçait de paraître naturel.
Alors que le silence revenait, Yaemgo prit encore une fois le temps d'observer Abigëal. Décidément, elle était étrange. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien être, pour ne pas vouloir le révéler, et pour être aussi...
Aussi...
Le jeune homme réalisa soudain qu'il n'avait toujours pas trouvé l'adjectif convenable.

"Arrête de l'observer comme ça, ça me donne faim... Ksh ksh ksh..."

Yaemgo serra les dents. C'était vrai qu'il s'était déjà retrouvé allongé, maculé de sang à côté d'un cadavre déchiré de toutes parts, le ventre ouvert et les tripes à l'air libre... Comme si un monstre l'avait dévoré sans se soucier de finir son repas ou d'une certaine propreté. D'un autre côté, c'était le propre d'un monstre...
Mais de toute façon, cela ne faisait pas unn pli que s'il voulait attaquer la jeune fille étrange, il se ferait massacrer en moins de temps qu'il faudrait pour le penser. Du moins, il le pensait fermement.

Dans un souci de préserver sa vie, il fixa Abigëal, et, lentement, sans bruit, éloigna petit à petit ses mains de ses fourreaux, les dégrafa, et fit tomber les deux dagues à côté de lui.
Pas trop loin, quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigëal Maidyen
Pyro
avatar

Féminin Nombre de messages : 11
Age (RP) : 24
Clan : ¤ Rongée par un feu d'abîme... ¤
Célibataire (RP) ? : Aimer, c'est reconnaître que l'on est trop faible pour accepter la solitude. Pourquoi aimer, alors ?

Points
Pouvoir:
15/100  (15/100)
Force:
10/100  (10/100)
Agilité:
5/100  (5/100)

MessageSujet: Re: Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...   Mar 18 Mar - 0:03

La réponse du jeune homme fit réfléchir Abigëal. Après tout.. il venait de lui révéler une part de son identité. Ce n’était que bien normal de faire pareil, n’est-ce pas...
Avant même qu’elle ne songe à lui répondre, la jeune fille nota un mouvement lent du jeune homme qui la fit de nouveau lever la dague au niveau du visage.
Seulement, ce qu’elle prit pour un geste hostile, puisque les mains se dirigeaient vers les fourreaux qui ceignaient ses hanches, n’était autre qu’une manière de s’en défaire. Dans un bruit mat, les armes de son interlocuteur tombèrent au sol, soulevant un petit nuage de poussière.
Les deux lames attirèrent un instant le regard de la jeune fille, qui les parcourut langoureusement du regard. Elles étaient de simple facture, mais redoutablement ciselées.. Peut-être bien plus efficace que la sienne, qui était un artefact effrayant avant d’être un outil de mort… ce qui ne l’empêchait pas de découper les chaires humaines convenablement.
Abigëal s’arracha à cette examen, se rendant compte qu’elle avait quitté le jeune homme des yeux quelques secondes.
Ses pupilles de feu remontèrent tout de suite vers les siennes, avant de dévier dans le loitain dans la même seconde. Avant d’avoir réfléchi, gênée d’avoir éludé plus tôt la question qu’il lui avait posée, la Pyro reprit :


-Non, désolée, j’ai été un peu.. méfiante, c’est tout. T’as bien le droit de savoir ce que je suis.
Ca va peut-être te faire marrer, ou t’étonner, mais j’ai été Ange, un jour. Et oui, ça existe. Mais bon, personne n’est parfait, surtout pas moi, alors après un faux pas, j’ai été déchue.
C’est pourquoi je ne peux pas trop te dire ce que je suis présentement…


Tout de suite après avoir parlé, Abigëal regretta ses paroles et se mordit la lèvre pour étouffer un juron. Reprenant une allure plus méfiante, ses yeux volèrent à tout coin de la scène, évitant de se figer sur le jeune homme, qui devait sûrement la regarder avec des yeux grands comme des soucoupes à présent. Rien que d’y penser l’agaçait, mais la jeune Pyro tâcha de ne pas s’en formaliser. Un peu de pourpre vint tinter ses joues pourtant blafardes, rehaussant les couleurs apocalyptiques de son iris. Pourvu que la lune ne soit pas assez forte pour démasquer cette gêne..
Quoiqu’avec la lueur intense que renvoyaient les facettes rocheuses, c’était peine perdue d’espérer.
Elle pria juste pour que le jeune homme ne s’en apercût pas. Ce qui ne devait pas être le cas.

Il fallait reprendre contenance. Tout de suite.

-Enfin, ce n’est pas très important. Mais.. tu ne m’as pas dit ton nom. Quel est-il ?

Abigëal trouvait ça bizarre d’engager la conversation avec un inconnu parfait, mais les circonstances la poussaient à être.. courtoise, à la rigueur.
Bien que ce ne soit pas son fort.
Se forçant à poser les yeux sur le regard mauve et si fascinant de l’humain en face d’elle, la Pyro faillit perdre un instant pied à l’observer.
Qu’était-ce donc que ce voile, si infime qu’il en avait été mirage, qui venait de traverser l’orbite innocent de cet homme ?
Avait-elle rêvé ?
La lune lui jouait-elle des tours ?
A moins qu’elle ne soit tellement méfiante que son côté schyzophrène prît un instant le dessus sur une méfiante rationelle et utile.
Ce qui était tout à fait plausible.
Cependant, ce soir elle n’avait pas vraiment envie de s’attirer des ennuis. Son unique but avait auparavant été d’escalader le rocher Lunaire. Maintenant, il serait peut-être de l’escalader en compagnie d’un adversaire.
Le défi était tentant.
Mais mieux valait ne pas l’aborder tout de suite. Lancer une épreuve comme celle-ci relevait de l’incorrection.
Au lieu de cela, Abigëal fit de même que son interlocuteur, et laissa tomber sa dague au sol, veillant à le faire distinctement devant elle. Puis d’un mouvement félin, elle se laissa tomber plus qu’elle ne s’assit sur le banc de sable que composait la plage du lace au pied du Rocher Lunaire. Sa dague à portée de bras, mais à distance tout de même.
Croisant les genoux contre sa poitrine, elle était donc totalement sans armes.
Restait à savoir si l’humain allait faire pareil.

On ne savait jamais, avec ce genre de créature, qui vivait pas vieux et faisait un max de bêtises dans leur courte vie ; sauf quelques rares, bien trop rares pour être relevés.


-Tu veux.. t’asseoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au pied de l'eau, tout n'est pas clair...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» La politique du « tout va mal »...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Chomor d'Ys :: ~¤~ La Vallée des Songes ~¤~ :: ~°~ Le Rocher Lunaire ~°~-
Sauter vers: